Enseignement biblique, l'Exode (texte)

ENSEIGNEMENT DU 20 JANVIER 2018

LE LIVRE DE L’EXODE

Loué soit Jésus-Christ!

L’Exode est à la fois un livre et un événement.

Comme LIVRE, il est le deuxième des cinq qui constituent le pentateuque (Le pentateuque est un mot qui vient du grec et qui signifie cinq. Il désignait les cinq étuis renfermant les volumes ou rouleaux. On parle aussi des cinq livres de Moïse qui constituent la Tora (la Loi) chez les Juifs, il s’agit de : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome). Il compte en tout 40 chapitres. C’est un livre biblique qui présente une grande variété, en ce qui concerne les genres littéraires. On rencontre les récits historiques et populaires, les poèmes, les généalogies, les lois, les considérations morales, juridiques et cultuelles, la description détaillée d’objet de culte, la narration. Il est la continuation du livre de la Genèse.

Le livre de l’Exode traite plusieurs thèmes donc les principaux sont : la délivrance de l’Égypte, la libération, l’alliance, la fidélité, l’infidélité, l’unité. Comme tous les livres du pentateuque, l’Exode est attribué à Moïse qui est considéré comme l’auteur potentiel. Soulignons néanmoins que le livre n’a pas été rédigé d’un trait, mais pendant une longue période. L’Exode c’est le livre d’un peuple en marche.

L’Exode comme ÉVÉNEMENT. Il désigne un événement à la fois fondateur du peuple d’Israël, c’et-à-dire c’est lui qui l’a créé en tant que peuple; et primordial pour l’histoire du même peuple. Il s’agit de la délivrance, la libération. La libération du peuple d’Israël de l’esclavage en Égypte. La déclaration d’indépendance d’Israël.

Le mot exode étymologiquement vient du grec « exodos » et signifie sortie, chemin de sortie, action de sortir, départ. L’Exode est la sortie des Hébreux hors d’Égypte. Il peut aussi signifier la marche : la longue marche pendant 40 ans qui mena les Israélites d’Égypte en Terre promise (pays de Canaan) en passant par le désert.

Cette sortie a été possible grâce à un médiateur désigné par Dieu lui-même : Moïse donc le nom signifie tiré des eaux. Dès le départ, Moïse échappe au massacre des enfants mâles israélites; massacre ordonné par Pharaon dans le but de ralentir la croissance du peuple Hébreux. Providentiellement, Moïse est élevé à la cour royale. Il reçoit son appel et sa mission (Ex. 3, 1-12) alors qu’il faisait paître le petit bétail de son beau-père Jéthro.

Dieu se révèle à lui comme le Dieu D’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu donc le nom est « Je Suis ». Dieu Est au présent (la continuité dans le temps). Il est l’Être ici et maintenant. La mission de Moïse consistait d’aller rencontrer Pharaon pour qu’il libère les Israélites. Pharaon s’entête et le durcissement de son cœur provoque la colère de Dieu qui se manifesta à travers dix plaies (fléaux) qui sont des avertissements.

  1. L’eau changée en sang (Ex 7, 14-24);

  2. Les grenouilles (Ex 8, 1-15);

  3. Les moustiques (Ex 8,16-19);

  4. Les taons (Ex 8, 20-32);

  5. La mortalité du bétail (Ex 9, 1-7);

  6. Les ulcères (Ex 9, 8-12);

  7. La grêle (Ex 9, 13-35);

  8. Les sauterelles (Ex 10,1-20);

  9. Les ténèbres (Ex 10, 21-28);

  10. La mort des premiers-nés (Ex 12, 29-34);

Le message divin des plaies était le suivant : Israël doit abandonner les dieux égyptiens (idoles) et adorer le seul vrai Dieu. Les plaies étaient donc une condamnation des dieux égyptiens. En effet, les Égyptiens adoraient le Nil comme dieu (Hapi); ils adoraient un taureau, une grenouille, … [on est puni par où l’on a péché (Sg 11, 16)]. « Si la chèvre broute là où elle est attachée, c’est aussi là que le serpent vient la mordre ».

Après chaque plaie, Pharaon semblait vouloir entendre raison. « Mais dès que Moïse avait prié Dieu d’éloigner la plaie, Pharaon se ravisait et refusait de laisser partir Israël au désert ». C’est avec la plaie de la mort des premiers-nés (de l’homme et du bétail) que Pharaon va finalement céder. C’est le sang de l’agneau qui va épargner les fils premiers-nés des Israélites. « Le sang de l’agneau pascal était une préfiguration du sang du Christ qui nous a sauvé de la mort éternelle».

Entre le drame de la mort des premiers-nés et la sortie d’Égypte les Israélites vont célébrer la Pâque : la fête la plus importante qui rappelle que les premiers-nés des Hébreux furent épargnés de la mort quand furent tués les premiers-nés des Égyptiens. La pâque est donc un rappel de ce qui s’est passé lors de la sortie d’Égypte.

Après que les Israélites soient partis, Pharaon et ses fonctionnaires réalisaient qu’ils venaient de perdre leur force ouvrière à bon marché. Avec son armée, Pharaon se mettait à la poursuite des Israélites. Et c’est là que le Seigneur par sa main puissante, va délivrer le peuple d’Israël d’une mort certaine.

Étude de texte : Exode 14, 5-30 à lire (la manifestation de la puissance, de la gloire de Dieu. Dieu qui sauve de l’oppression, de l’ennemi). Le but de Dieu : solidifier la foi en lui. Dieu a besoin de nous pour réaliser une partie de son plan, soyons disponibles. Il a eu besoin de Moïse, des prophètes, de la Vierge Marie; Jésus a eu besoin des Apôtres.

Parallèles entre Moïse et Jésus

Moïse
Échappe au massacre ordonné par Pharaon des garçons nouveau-nés
Médiateur entre Dieu et son peuple Israël
Libérateur du peuple d’Israël de l’esclavage en Égypte
Nous donne 10 commandements
Jésus (Nouveau Moïse)
Échappe au massacre ordonné par Hérode des garçons nouveau-nés
Médiateur entre Dieu et l’humanité toute entière
Libérateur de l’humanité de l’esclavage du péché (Agneau de Dieu, Agneau pascal)
Nous donne un commandement nouveau qui est le résumé des dix : l’Amour (aime Dieu de tout ton être, aime le prochain comme Dieu t’aime ou comme toi-même, aime la nature en la respectant.

Une fois au désert, le peuple a faim et soif. Dieu va le nourrir par une nourriture spirituelle: la manne= qu’est-ce-que c’est? (Ex 16, 1-36) C’est une préfiguration de l’Eucharistie. Dieu ne nous libère pas seulement du mal, mais il nous nourrit aussi : corps et âme.

Au désert, Dieu va sceller avec Israël une Alliance (une proposition d’alliance) à travers les dix commandements, ou dix paroles (le Décalogue) : Ex 20, 1-17; Dt 5,6-21 à lire.

C’est un véritable contrat d’Alliance. Les 10 commandements résument et proclament la loi de Dieu. De cette façon, ils unifient la vie sociale et religieuse de l’homme. Le Décalogue est une expression privilégiée de la loi naturelle puisqu’il a pour origine à la fois, la raison humaine et la révélation divine. Selon l’Église catholique, les 10 commandements forment une unité organique. Transgresser un, c’est enfreindre tous les autres. Ils sont effectivement des paroles d’amour et de liberté. Ils prennent en compte et régulent toutes les dimensions fondamentales de la vie humaine : la dimension religieuse, rapport de l’homme à Dieu, constitué par la première tablette. La dimension sociale, rapport de l’homme à son prochain, deuxième tablette qui traite de la famille, du respect de la vie humaine, de la sexualité, de la dignité de l’homme, du devoir de vérité et du respect de la propriété privée.

  1. Je suis le Seigneur ton Dieu. Tu n’auras pas d’autres dieux que moi; - un Dieu unique –Trinité chez les chrétiens –vous serez comme des dieux (Gn).

  2. Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain; -le nom c’est la personne (je t’ai appelé par ton nom, nos noms sont inscrits au ciel) –mauvais usage du nom de Dieu –que ton nom soit sanctifié.

  3. Tu respecteras le jour du Seigneur; -le 7è jour, Dieu créé le repos -le repos dominical –repos ≠ oisiveté –non à l’exploitation.

  4. Honore ton père et ta mère; -parents : co-créateurs, médiateurs de la vie.

  5. Tu ne tueras pas; -la vie est sacrée et ne nous appartient pas, ce n’est pas notre vie c’est la vie de Dieu en nous –les formes de meurtres : l’avortement, l’homicide, le suicide, l’euthanasie, peine de mort –tuer en pensées, en paroles.

  6. Tu ne commettras pas d’adultère; -la sexualité est sacrée et trouve son épanouissement dans le mariage –éviter la sexualité désordonnée –donner aux enfants une bonne éducation sexuelle.

  7. Tu ne voleras pas; -l’escroquerie –la duperie –détournement de fonds –la malhonnêteté

  8. Tu ne porteras pas de faux témoignages contre ton prochain; -la question de la justice, -le rôle des avocats –le rôle des tribunaux, -le mensonge –faut-il toujours dire la vérité? Quand et comment dire la vérité?

  9. Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain; -Hérode et Hérodiade –David et Bethsabée la femme d’Urie le Hittite –les femmes qui convoitent aussi les hommes d’autrui, les maris des autres.

  10. Tu ne convoiteras pas le bien de ton prochain; -le respect du bien de l’autre, du bien communautaire, du bien naturel, -les ressources naturelles nous appartiennent tous –l’homme intendant –la question de la solidarité.

CONCLUSION

  • Le livre d’un peuple en marche, l’exode reste inachevé. Notre marche n’a pas encore pris fin.

  • La vie de foi est une marche vers la liberté : liberté intérieure, liberté dans les relations, les avoirs, les fonctions, les postes.

  • Si la vie intérieure ne conduit pas à une rencontre personnelle avec Dieu, elle n’existe pas.

  • La sortie de l’Égypte n’est pas un événement d’autrefois, mais une réalité toujours vivante.

  • La libération merveilleuse d’une terre de captivité (nos égyptes) s’accompagnerait, en effet, de façon plus merveilleuse encore d’une libération des péchés et d’un appel à toutes les nations pour qu’elles se tournent vers celui qui, ayant sauvé Israël, est capable de les sauver toutes.

P. Benjamin ÉBODÉ ONAMBÉLÉ, msa

Père Benjamin Ébodé Onambélé msa