MARIE, PORTE OUVERTE SUR LE CIEL

Père Ébodé Onambélé Benjamin, m.s.a.

Du 27 au 29 novembre 2018 s’est tenu à Rome le tout premier Congrès international des responsables de sanctuaires. Il a été convoqué par le Conseil pontifical pour la nouvelle Évangélisation. Les échanges au cours de cette rencontre ont porté sur le thème : « Sanctuaire porte ouverte pour la nouvelle Évangélisation ». Pour être en harmonie avec cette actualité ecclésiale, nous avons voulu orienter notre thème annuel dans le même sens. Si le sanctuaire est une porte ouverte pour la nouvelle Évangélisation, sachant que la majorité des sanctuaires dans le monde sont dédiés à la Vierge Marie, alors Marie reste une Porte ouverte pour le Ciel.

Tout sanctuaire est un moteur pour la nouvelle Évangélisation. L’Évangélisation est l’annonce de la Bonne Nouvelle, celle qui concerne la Personne de Jésus-Christ, sa Vie, son Enseignement, sa Passion, sa Mort et sa Résurrection. Comme Jésus lui-même s’est incarné en épousant la condition humaine, c’est ainsi que l’annonce de la Bonne Nouvelle le concernant devrait s’incarner dans notre réalité humaine. La nouvelle Évangélisation devient par conséquent une bénédiction pour notre vie chrétienne. Car elle est une nouvelle manière de présenter l’Évangile au monde. Même après deux mille ans, l’Évangile reste le même ; toutefois, la pédagogie et la méthode avec lesquelles on est invité à le communiquer sont appelées à varier d’un peuple à l’autre, d’une époque à une autre. Il est possible de parler d’une certaine adaptation ou, pour parler comme saint Jean XXIII, d’une « mise à jour ». La nouveauté va concerner essentiellement l’ardeur nouvelle avec laquelle on va proposer la foi aux gens, les méthodes neuves à utiliser.

En faisant des sanctuaires des portes ouvertes pour la nouvelle Évangélisation, l’Église confirme par là la mission de ces lieux saints, qui est celle de favoriser le « toucher divin ». En effet, on vient dans un sanctuaire pour toucher Dieu d’une part et pour se laisser toucher par Dieu, d’autre part. Marie est donc sans contestation celle qui facilite l’accès à Dieu, elle est une Porte ouverte pour le Ciel.

Marie est doublement une Porte qui s’ouvre sur le ciel et sur la terre. Elle s’ouvre sur la terre parce qu’elle est l’accès par lequel le salut va atteindre l’humanité. Elle a prononcé un oui salutaire, un oui de disponibilité qui a brisé les verrous du péché de nos premiers parents Adam et Ève. En elle, le Père trouve un moyen adéquat pour communiquer le salut au genre humain voué à la perdition. Probablement, sans le oui de Marie, le ciel serait resté fermé à l’humanité encline au péché qui conduit à la mort. Par le fiat de Marie, l’humanité retrouve son souffle de vie, la vie de Dieu en nous, celle qui nous vient de Jésus. C’est effectivement par ce oui qu’elle devient une « Porte », c’est-à-dire le canal par lequel la vie divine va irriguer les humains.

Marie est aussi une Porte ouverte sur le ciel parce qu’elle nous conduit à Jésus, elle prend les devants lorsqu’on lui en donne l’occasion. Porte du ciel est l’un des titres qu’on donne à la Vierge Marie, et que l’on retrouve dans la litanie qui lui est dédiée. C’est une appellation audacieuse qu’il convient de ne pas prendre à la légère. Marie est en quelque sorte cette « Échelle de Jacob » dont nous parle le livre de la Genèse au chapitre 28 (Gn 28, 12). C’est une Échelle qui relie le ciel à la terre et par laquelle on peut rejoindre Dieu. Marie est celle qui nous montre le Chemin (Jésus) qui conduit au Père. Elle nous apprend à entrer dès ici-bas par la vraie porte, celle qui donne accès à la félicité éternelle. Si on reste attentivement à l’écoute de la Mère de Dieu, on sera à l’abri des illusions et des fausses doctrines qui nous détournent du vrai chemin qui ouvre à la vie.

Marie est aussi la porte de nos initiatives chrétiennes. Après son échange avec l’archange Gabriel, elle prend l’initiative d’aller à la rencontre de sa cousine Élisabeth, pour lui venir en aide. Non seulement Marie est-elle attentive aux besoins des autres, mais elle agit, elle se met en marche. À Cana elle provoque le premier miracle de Jésus. Avec l’eau changée en vin, la vie retrouve son vrai goût. Avec Marie on retrouve le goût de vivre. Comme Porte, en plus de rendre légères nos demandes et nos prières, Marie se charge de les présenter à son Fils qui ne peut rien lui refuser. Philippe Madre dira à cet effet : « Prier devant Marie Porte du Ciel, prier la Vierge nous introduit spontanément dans le monde angélique ».

Chers pèlerins, bien-aimés du Seigneur, en ce qui concerne le sanctuaire Marie-Reine-des-Cœurs de Chertsey, nous restons non seulement une porte ouverte pour vous accueillir, mais aussi une oreille attentive et un cœur disponible pour vous écouter. En fait, c’est Marie elle-même qui vous accueille pour vous donner la paix, la joie, pour vous rassurer. Elle se charge de présenter votre lourde charge à celui qui peut tout porter, son Fils. Les soirées mariales, d’adoration, de prières Taizé ainsi que les enseignements bibliques sont autant d’activités que nous vous invitons à venir vivre avec Marie. Par ailleurs, nous sommes une porte ouverte aussi pour vous laisser sortir, afin d’aller annoncer les merveilles que Dieu réalise dans votre vie par l’intercession de Marie. Ainsi, chaque pèlerin devient à son tour une porte de lumière, de joie et d’amour.

Père Benjamin Ébodé Onambélé , m.s.a.